Histoire

À la toute fin du XIXe siècle, durant la Guerre des Boers en Afrique du Sud, l'officier en charge Robert Baden-Powell parvient à sauver la ville du siège de Mafeking. Une réussite en grande partie due aux jeunes de la ville, appelés les cadets, qu'il utilisait comme messagers pour transmettre des messages, pour observer, mais aussi en tant qu'éclaireurs.

Élevé au rang de Major-Général et acclamé en héros, le Général Baden-Powell, de retour en Angleterre en 1900, rédige un livre sur ses observations "Aids to scouting".  

Un véritable succès qui va retentir dans les rues britanniques et être utilisé par les éducateurs qui sont confrontés à l'époque à une délinquance chez les jeunes de plus en plus importante.  Il décide donc de mettre l'expérience apprise à la guerre au service des jeunes gens, cette fois dans une optique de paix. 

« À la fin de ma carrière militaire », dit Baden-Powell, « je me mis à l'œuvre pour transformer ce qui était un art d'apprendre aux hommes à faire la guerre, en un art d'apprendre aux jeunes à faire la paix ; le scoutisme n'a rien de commun avec les principes militaires. »

En 1907, Baden-Powell mit ses idées éducatives à l'épreuve en organisant un séjour de 15 jours avec une quinzaine garçons sur l'île de Brownsea. Baden-Powell rédige un nouvel ouvrage "Scouting for Boys" qui va engendrer la création des premières patrouilles : le développement du mouvement scout commença ainsi au Royaume-Uni. 

Dans les années qui suivirent, Baden-Powell créa avec son frère le Scoutisme Nautique. Le scoutisme devenant trop important pour un seul homme, il commença à former des adultes pour l'encadrement en 1919. 

Aujourd'hui, le scoutisme a plus de 100 ans : c'est un mouvement mondial qu'on retrouve aussi bien au Royaume-Uni, qu'en France, aux Etats-Unis, en Russie ou encore en Amérique Latine, rassemblant plus de 38 millions d'adhérents. 

 

De plus, ayant été le premier mouvement d'éducation populaire autre que l'école à apparaître, on peut créditer en partie à l'héritage de Baden-Powell, la parenté d'autres structures comme les centres de loisirs, les MJC ou les piges.